Le Porte-queue de Corse (Papilio hospiton)

 INSECTE LEPIDOPTERE

♣ Situation en Corse

Le Porte-Queue de Corse est strictement endémique de la Corse et de la Sardaigne. En Corse, l’espèce n’est actuellement pas menacée ; on la rencontre du littoral jusqu’à 2000 mètres d’altitude, avec toutefois une préférence pour la moyenne altitude.

http://corse.n2000.fr/sites/corse.n2000.fr/files/images/page/papilio_hospiton_0.jpg

♣ Écologie et principaux habitats

La chenille connaît plusieurs mues jusqu’à l’automne. Elle passe l’hiver sous forme de chrysalide. L’émergence du papillon a lieu le printemps suivant, en mars, à basse altitude. Son milieu de prédilection est le maquis des régions montagneuses, où ses plantes nourricières poussent en quantité suffisante (la férule commune à basse altitude par exemple). Ces plantes étant plus ou moins toxiques, la chenille est elle-même toxique, ce qui limite sa prédation. Elle reste souvent à l’intérieur des plantes hôtes, à l’abri des prédateurs. Elle se rencontre dans des milieux plus restreints que l’adulte qui se déplace beaucoup.

Le papillon, diurne, vit dans des milieux ouverts chauds et secs, souvent rocheux et parsemés de buissons (maquis, garrigues, crêtes rocheuses, etc). Le Porte-queue est nectariphage, il butine de nombreuses plantes à fleurs. Les populations sont rarement abondantes et leurs effectifs sont instables d’une année sur l’autre.

♣ Menaces

▪ Sensibilité à la fermeture des milieux
▪ Élimination de la Grande Férule
▪ Incendies
▪ Prélèvement par les collectionneurs

♣ Mesures de gestion

▪ Conserver les secteurs de ponte observés et garder des aires d’accueil potentielles.
▪ Éviter la fermeture par les ligneux ou les plantations d’arbres. Par exemple, les incendies de faible envergure, contrôlés et maîtrisés, permettent le maintien du milieu ouvert et le développement des plantes hôtes du papillon.
▪ Soutenir le maintien du pâturage dans les endroits où l’espèce est encore bien présente, en évitant d’éliminer la Grande Férule, toxique pour le bétail.
▪ Les bords de routes, fréquemment colonisés par la Grande Férule, constituent d’excellents corridors de déplacement pour l’espèce. Il faut donc en adapter la gestion, en proscrivant les traitements chimiques, en évitant les coupes rases et en favorisant les coupes tardives.

Statut de protection

► Au niveau international :

→ Liste rouge de l’UICN, au niveau mondial en tant qu’espèce menacée d’extinction, et en France en tant qu’espèce vulnérable.

Convention de Washington

→ Convention de Berne (vie sauvage et milieu naturel)

► Au niveau européen :

→ annexe IV de la directive « Habitats Faune Flore »

► Au niveau national :

arrêté du 23 avril 2007


http://corse.n2000.fr/sites/corse.n2000.fr/files/images/page/localisation_papilio_hospiton.jpg

 

Documents utiles :

Fiche INPN Porte-queue de Corse