La Truite de Corse (Salmo trutta macrostigma)

POISSON SALMONIDE

 

♣ Situation en Corse

La survie de la Truite de Corse est très menacée en raison :
- d’un faible nombre de populations. Les études réalisées dans le cadre du programme LIFE « Conservation de la Truite macrostigma en Corse » (2003-2007) ont abouti au recensement de seulement 19 localités peuplées uniquement par l’espèce, et de 3 autres localités qui ne présentent que quelques individus de pisciculture mais sans hybridation (c'est à dire que ces populations sont probablement capables de revenir à un état naturel).
- d’effectifs assez faibles. Cependant, sur certaines localités suivies entre 2004 et 2007, il a été constaté une forte augmentation du nombre d’individus cumulés et des biomasses moyennes cumulées (ainsi que du poids moyen des individus). Cela est dû aux mesures de gestion mises en place (classement en réserve de pêche, lutte contre le braconnage…).

♣ Écologie et principaux habitats

La Truite de Corse est une espèce holobiotique, c'est-à-dire qu’elle accomplit son cycle biologique entièrement en eau douce. Elle se déplace entre les trois secteurs qui constituent son domaine vital : zones de repos, de croissance, et de reproduction. Elle effectue de courtes migrations saisonnières (en fonction des débits/niveaux d’eau, pour se reproduire…).
L’espèce occupe certaines têtes de bassin-versant, isolées du reste des cours d’eau qui sont occupés par d’autres truites (isolement en raison de la présence de cascades infranchissables par exemple). Elle est très bien adaptée aux conditions difficiles qui y règnent (irrégularités des débits, températures estivales de l’eau parfois élevées…). Sa croissance est toutefois moins bonne que celle des truites communes habituelles.
Au fil du temps, l’isolement des têtes de bassin-versant empêchant les échanges de gènes entre les truites corses, il s’est produit des différenciations.

Régime alimentaire :
La Truite de Corse est strictement carnivore et a un régime alimentaire varié (insectes aquatiques et terrestres et leurs larves, crustacés, mollusques, petits batraciens, poissons). Comme les autres truites elle doit devenir de plus en plus ichtyophage avec l’âge, se nourrissant parfois d’alevins et de juvéniles de son espèce. Elle chasse à vue et sélectionne ses proies suivant des critères visuels, olfactifs ou gustatifs. Il existe une grande variabilité saisonnière et journalière en fonction des disponibilités.

Reproduction :
L’espèce se reproduit en période hivernale, de novembre à janvier, au niveau de zones graveleuses, pas trop profondes, et courantes. Les oeufs fécondés sont déposés dans une cuvette creusée par la femelle puis recouverts. Après l’éclosion, les larves demeurent dans les espaces interstitiels du substrat en se nourrissant sur leur vésicule vitelline jusqu’à l’émergence, au printemps. Les alevins se dispersent alors surtout vers l’aval et colonisent les zones favorables de la rivière. Les juvéniles développent un comportement territorial marqué et un système de hiérarchie se met en place pour l’occupation des meilleurs postes alimentaires.
Il convient de noter que la Truite de Corse peut s’hybrider avec la Truite commune (quelque soit sa forme, méditerranéenne ou atlantique).

 

♣ Menaces

▪ Braconnage
▪ Trop forte pression de pêche
▪ Dégradation des cours d'eau (dégradations "physiques" et de la qualité des cours d'eau)
▪ Hybridation avec la Truite commune
▪ Transferts inter-bassins ne respectant pas les différents types génétiques identifiés
▪ Isolement génétique (perte de variabilité génétique et donc moindre adaptation aux perturbations du milieu)

♣ Mesures de gestion

Mesures relatives au biotope de la Truite:

▪ prise en compte de l'espèce si des aménagements sont prévus sur ou à proximité d'une station
▪ Entretien / gestion des linéaires de cours d'eau accueillant l'espèce (gestioné cologique, lutte contre la pollution de l'eau, dégradation des berges, encombrement du lit, colmatage des fonds)

Mesures concernant l'espèce:

▪ Continuer à améliorer la connaissance des caractéristiques et de la répartition de la Truite de Corse
▪  Suivre les populations connues (efectifs, biomasses,...)
▪ Lutter contre le braconnage, réseau de surveillance
▪ Interdire l'introduction de Truite commune
▪ Maintenir et mettre en palce des réserves de pêche si les effectifs sont trop faibles, puis définir des quotas de pêche
▪ Continuer à informer et sensibiliser le public et les pêcheurs sur l'intérêt de la préservation

Statut de protection

► Au niveau européen :

→ annexe II de la directive « Habitats Faune Flore »

► Au niveau national :

arrêté du 8 décembre 1988

liste rouge nationale, en danger critique d'extinction

Documents utiles:

Fiche INPN Truite macrostigma